Mon premier bivouac ! Le Mont Buet : réussite ou échec ? Partie1

Mon premier bivouac ! Le Mont Buet : réussite ou échec ? Partie1

Christine Orban

Le premier ennemi à combattre est à l’intérieur de soi. Souvent, c’est le seul.

Présentation de mon premier bivouac au Mont Buet

Et voilà le grand jour est enfin arrivé ! Après quelques semaines de préparation à chercher le plus d’informations possible, acheter ce qu’il me manque, faire notre itinéraire, etc.. On s’est chauffé et on a choisi le Mont Buet (aussi appelé le Mont-Blanc des Dames). C’est surtout mon acolyte que ça tentait, pour ma part, je n’avais pas vraiment d’envie particulière. En fait, tout me tente ^^ donc bon va pour le Mont Buet, j’espère qu’on y arrivera ! ^^

Voir ici mon glossaire si vous avez du mal sur certains mots 😉

Notre prévision de parcours

Nous étions partis de base, pour faire le « Sixt-Fer-à-Cheval ». Finalement, à force de discussions et de vidéos, nous nous laissons tenter par le « Mont Buet » qui est tout aussi impressionnant.
Nous devions partir de Salvagny au parking de « La Feulatière » à une altitude de 896 m. Ensuite, on passe par le refuge du « Grenairon ». Puis nous suivons le sentier jusqu’au pied du Mont Buet c’est à dire le lac du « Plan du Buet ». À ce niveau, on prend direction « Le Cheval Blanc » Pour ensuite rebrousser chemin et suivre la direction du fameux « Mont Buet ». Continuer jusqu’au « Col d’Anterne », passer à côté du lac « d’Anterne » continuer sur le GR5 et rattraper le GR96 qui remonte jusqu’à Salvagny.
Enfin, ça c’était le plan initial ! ^^

En vert, ce qui était prévu. En Bleu, ce que nous avons fait.

Petite astuce pour checker la météo : vous pouvez aller sur le site de Moutain forcast. Ci-dessous pour l’exemple du Mont Buet.

Mon paquetage

Ne sachant pas exactement comment m’y prendre, j’ai fait un tas de tout ce que je pensais avoir besoin et être totalement indispensable. J’étale le tout par terre et déjà, je suis impressionné par la masse que ça représente. Je vais commencer par vous montrer ce que j’avais prévu. Tout en sachant qu’au Mont Buet, il annonce -2 degrés :s

Voir comment choisir son sac à dos de randonnée

Ce que j’avais prévu

En soi, je n’avais pas prévu grand chose ^^. Juste de quoi survivre haha, bon en fait non, j’avoue que j’ai abusé un peu.. Je vous fais un listing complet ici et je vous laisse un Excel téléchargeable plus bas, si ça peut vous aider à faire votre check-list ;).

Premier bivouac Mont Buet


Il y a : Tente, Sac de couchage, Repas, Gels et Barres énergétiques, Boxers*2, Tee shirts*2, Collant anti-froid*2, Brosse à dents et Dentifrice, Lingettes corps, Chaussettes rando’*1, Cache yeux, Cables*3, Batterie solaire, Air matelas, Matelas isolant, Coussin air, Pelle (pour enterrer le caca^^), Trousse de secours, Laine, Veste sport, Kit popote, Assiette, Kit de réparation, Pantalon de pluie, Poncho, Couteau, Sifflet, Lensball, Réchaud P3RS, PQ*2, carte, sandale, poche à eau, tasse, semelle, chaussettes grand froid, une lampe de tente.

Voir mon kit de secours
Voir mon kit de réparation

Premier changement

Bon ok, je me rends bien compte que c’était du grand luxe enfin tout est relatif bien sur ^^. Bon en gros, j’essaie de gérer ma peur du froid et du manque. Je retire ou échange des affaires.

Premier bivouac Mont Buet

Du coup, j’ai viré : un rouleau de Pq, la tasse, les semelles, la paire de chaussette grand froid, la pelle, l’assiette, les barres énergétiques, lampe de tente.

Changement ultime (après m’être fait engueler par mon acolyte^^)

Et au final, j’en suis venu à réduire les affaires de mon kit du moins (pas dans le nombre, mais dans la quantité), j’ai échangé mes sandales contre des claquettes plus légères, le matelas isolant, un collant grand froid et j’ai compté mes sachets de gel énergétique. Voilà en gros je suis allé au plus bas, mais hélas encore trop haut à mon avis, 14 kg sans eau c’est trop.. Mais bon, je vous laisse le choix de modifier tout ça à votre sauce et à votre matériel. Voici ma liste en format Excel 😉

Pour conclure sur le paquetage

En conclusion, il existe plusieurs méthodes selon les personnes et le niveau de confort souhaité. On hésite sur tout et rien. Je me suis renseigné par exemple sur l’hygiène, car c’était un gros souci entre mon souhait d’être propre et le poids que ça me prenait. Et là, il y a plusieurs méthodes. Ceux qui se lavent dans les lacs et autres, ceux qui font une « toilette de chat » ou ceux qui font le fameux « Fuck la douche » ^^. J’ai opté pour l’entre deux, c’était pour moi le meilleur rapport poids/efficacité. J’ai simplement trempé des chiffons dans de l’eau savonneuse et je les ai essorés puis mis dans deux sachets de congélation. Un pour les propres et un pour les sales 😉

Premier bivouac Mont Buet
Mes lingettes maison

Mon réchaud P3RS

Le réchaud P3RS est en fait un tout petit réchaud que vous allez pouvoir fabriquer vous même à partir d’une cannette. Oui M’sieur Dame vous avez bien entendu ! Votre chauffe popote ne sera pas plus lourd que des bouts de cannette et à peu près 20 ml d’éthanol ou autre pour environ 6 mn de chauffe. C’est testé et approuvé ! Son seul hic est qu’il résiste mal au vent. Mais bon le poids de ce récipient en aluminium, vide, est de 13,2 g donc à approximativement 30 g contre 100 g pour simplement la plus petite bouteille de gaz. À méditer 😉
Ps : j’ai fait l’essai dans une poêle pour éviter de cramer la maison s’il y avait une fuite ^^.

Premier bivouac Mont Buet

Jour 1, de mon premier bivouac au Mont Buet

Premier bivouac Mont Buet

En route

Premier bivouac Mont Buet

Ayé ! Le jour du grand départ est arrivé ! Je me lance enfin dans mon premier bivouac ! Étant encore une fois de nuit, nous décidons de se donner RDV qu’à 10h00 pour que je puisse me reposer un peu. Comme je suis tout excité, je n’ai aucun mal à me lever. J’ai peu dormi, mais je compte sur le soleil et la compagnie de Nico pour me tenir éveillé ^^. Bon, bonne organisation oblige, on passe prendre du saucisson, pain et autres bêtises. Au final, on part à 11H30.. Un peu relou, on espère ne pas avoir de bouchon sur la route, sachant que l’heure d’arrivée est de 16h30… Après quelques arrêts, de longues discussions philosophiques sur l’être humain, la maladie et nos moitiés respectives, on arrive à bon port !

On est arrivé !

On sort de la voiture, il est assez tard environ 17h00, mais il fait très beau, le soleil nous chauffe la peau, on en oubli l’heure. Je dézippe mon pantalon et me mets en short. Haaaa on se sent déjà mieux ^^ bon bah du coup, j’ai plus qu’à enfiler mon super sac de Terminator. En accord avec mon pote, nous avons pris chacun notre matos car je voudrais me mettre dans des conditions d’autonomie totale. Du coup, c’était bien qu’on ait chacun son matériel pour pouvoir palier à mes éventuelles erreurs. Enfin, je vais pouvoir appliquer tout ce que j’ai appris et éviter les erreurs que nous (la communauté des apprentis randonneurs) avons commises et que vous m’avez partagé. Je suis tout fou, je veux commencer maintenant ! :p

Mes premiers pas

Que d’émotions ! Je ne sens même pas le poids du sac tellement que je l’ai réglé aux petits oignons (cette sangle de rappel est vraiment top ^^). Je règle mes bâtons et go ! Mes premiers pas sont énergiques, j’ai le physique et le mental au top ! Mais combien de temps, je vais tenir comme ça ? ^^ En tout cas, je tiens un bon rythme. Ça grimpe et ça grimpe encore, jamais de plat que de la grosse montée. Heureusement que nous sommes sous les arbres, leur fraîcheur me fait du bien. Hélas, ça ne dure pas et on se retrouve hors de la forêt, mais quand même, c’est magnifique. À ce moment, on n’en oublie la difficulté, c’est juste trop beau. On passe par de petits passages où ont été mis des câbles pour nous aider à passer, mais bon ce n’était pas vraiment nécessaire. Au final je préfère qu’il y en ait de trop que pas assez.

Le temps passe..

Il fait toujours aussi chaud ou peut-être que c’est moi qui supporte mal ces efforts ^^ En tout cas, on sur kiffe notre début de randonnée, on passe des cours d’eau, des falaises. On voit des forêts et montagnes. Le problème, c’est que ça fait déjà quelques heures qu’on marche et nous n’avons pas croisé un seul spot assez grand ou plat pour pouvoir y poser les tentes. La nuit commence à tomber et pour un premier montage de bivouac c’est pas top même si je l’ai essayé à l’appart avant de venir. Le temps continue de défiler et nous n’avons toujours pas croisé de spot. On atteint les 21h00, les frontales sont sorties car il fait nuit noire et surtout on a faim. Les premières galères commencent. Un peu plus loin, on trouve un endroit relativement plat, on s’en contentera pour ce soir. Mais j’aperçois de la lumière au loin, on s’avance un peu et oui on trouve un gîte avec un espace pour les « bivouaqueurs ». Bon c’est moyennant finance (3 balles c’est pas la mort, mais bon..), au point où on en est, on n’a pas trop le choix ^^.

Enfin le repos

On paye ce que l’on doit, puis nous nous hâtâmes (oulala on ne s’y attendait pas à cette conjugaison là ^^) pour monter notre tente (aucun problème à ce niveau). Ensuite nous nous occupons de la popote. Je teste pour la première fois en réel mon P3RS et c’est une réussite ! Il chauffe moins vite que le gaz, mais est-ce que ça justifie la différence de poids ? On mange en vitesse, le saucisson et le pain pour l’apéro et ma semoule lyophilisée qui n’est pas trop mal et la crème aux œufs en dessert, idem. Bon petit repas pour reprendre des forces et récupérer du mental ! Ensuite un peu d’étirements pour éviter le plus possible les douleurs et au dodo ! 🙂

Pour ce premier jour, on aura marché 3h00, 7,69km et un dénivelé positif de 1032m

Mes photos, jour 1

  • Premier bivouac Mont Buet
  • Premier bivouac Mont Buet
  • Premier bivouac Mont Buet
  • Premier bivouac Mont Buet
  • Premier bivouac Mont Buet

Jour 2, de mon premier bivouac au Mont Buet

Premier bivouac Mont Buet

Mon premier réveil en bivouac

Premier bivouac Mont Buet

Ca n’aura pas été la meilleure nuit de ma vie. Etrangement le demi matelas ne m’a absolument pas dérangé. Par contre, moi qui aime dormir en mode « étoile » et en diagonal dans le lit, tout en me tournant encore et encore, là, dans un sac de couchage, ce fut un peu plus compliqué ^^. Le manque de mouvement et tous les petits bruits un peu stressants au début pour un nouveau, m’ont réveillé assez régulièrement. Mais comme j’étais fatigué de mon ascension, j’ai quand même réussi à faire de bonnes siestes entre chaque réveils ^^. Mis à part cela, je me suis couché dans mes collants anti-froid et du coup, j’ai passé une nuit parfaitement au chaud. Par contre, mon cache yeux n’était pas forcément utile. Pour les personnes sensibles aux bruits, vous pouvez prendre des bouchons d’oreilles.

Premier p’tit déj’

Je sors de la tente juste avant le soleil, je ne voulais pas manquer ça ^^. Malgré ma tête dans le.. comment on dit déjà… ces choses de la vie… Bon, vous avez pigé, je pense :p. Je prends le temps d’apprécier le décor autour de moi, prépare également mon eau chaude pour mon p’tit déj’, le tout en chaussette claquette. Je vous jure que vous avez loupé quelque chose de grandiose ^^. Ce matin, c’est musli raisin de décathlon et café. Pour le café, j’ai fait au plus léger. J’ai pris un tout petit verre, mis un cellophane à l’intérieur et j’y ai glissé une cuillère de café soluble et une de sucre et hop un pochon tout léger de café ^^.
Ensuite, j’en profite pour m’étirer un peu, ça soulage énormément. Si vous voulez que je vous montre quelques étirements faites le moi savoir dans les commentaires ;).

Premier bivouac Mont Buet

C’est reparti !

Bon ok je vous montre à quoi je ressemble le matin ^^

Premier bivouac Mont Buet

C’est le moment du départ ! On repli la tente et repli le sac correctement en plaçant le poids stratégiquement pour que ça ne soit pas trop désagréable et déplie ma batterie solaire. On en profite pour laisser nos déchets au refuge, parce que même si on avait tout mis dans un sac de congélation, c’est toujours mieux ailleurs et avec un sac de 16 kg, on est à 2 g près ^^. Donc on va au refuge et là on nous dit qu’ils vont nous le prendre exceptionnellement, mais que ce sera la seule fois parce que c’est eux qui emmènent les déchets en 4×4. Bref, ok, on ne savait pas, la prochaine fois on gardera et puis c’est tout ^^. Les gars nous préviennent qu’il risque d’y avoir de l’orage. Du coup, on ne perd pas de temps, on veut quitter le Mont avant que la pluie ne commence. Alors on fait le plein d’eau et hop on reprend la montée !

Pas évident de bon matin ^^

La journée commence assez fort, assez pour retirer la veste dès le début ^^. Je sens que la journée va être longue. A ce stade nous devons encore faire un allé retour au cheval blanc pour ensuite longer le Mont Buet et finir de l’autre coté du cirque. Rien qu’à vu de nez, c’est chaud ! ^^
C’est encore plus dur que la veille, ça monte de fou et les passages sont quelques fois peu évidents que ce soit par l’étroitesse (ça se dit ça ?!) ou l’épaisseur du chemin avec le vide qui nous tend les bras. Mais les paysages sont totalement époustouflants ! On essai de ne pas perdre trop de temps pendant les photos parce que vu les cailloux sur lesquels on marche, si la pluie arrive ça sera ultra glissant.

Première pause

On a commencé depuis un peu plus d’une heure seulement et on prend déjà une grosse pause. Il faut dire que ça grimpe vraiment et que le froid commence à attaquer. On croise des copains de rando, certain font l’aller et retour d’autre la font en semi autonomie. Mais c’est cool, les gens discutent, racontent un peu leurs expériences enfin bref on partage et moi ça me permet de me reposer en « loucedé » comme on dit ^^. Bon on n’a pas que ça à faire non plus, je prends un gel énergique, rattache le sac et on reprend !
C’est toujours aussi dur, vraiment je ne m’attendais pas à ça. Ca n’arrête vraiment jamais et le poids du sac n’aide franchement pas. Nous nous retrouvons encore à grimper à l’aide de câble mais cela sont un peu plus utiles. Outre ça, on croise encore et toujours de beaux paysages, ainsi qu’une faune et flore incroyable.

Mes premiers pas sur la lune

Qui l’eût cru ! (Oulala faut que je change de dico !) un décor lunaire aussi facilement accessible (facilement tout est relatif ^^). C’est fou, ça change complétement l’ambiance mais j’adore toujours autant ! On commence à vraiment sentir le froid, le vent et la fatigue. En regardant au loin, on voit la neige et surtout on la voit sur notre chemin ! Haha ça promet ^^ Et surtout on aperçoit le Mont Blanc ! C’est magnifique, il y a comme un chapeau en nuage au dessus de sa tête, c’est fou !
On arrive à la base de la crête, on se rend compte de l’étendue de la difficulté que nous devons encore surpasser. Nous voyons le poteau indicateur de direction et surtout de temps. Nous checkons l’heure et devons prendre une décision.

Savoir faire des choix

Entre la dead-line que nous nous sommes fixée pour redescendre le Mont Buet et le temps indiqué pour aller jusqu’au Cheval Blanc.. (1h30) Ca sera trop pour faire l’aller et retour, du coup on décide de gravir directement le Mont. C’est un coup dur mais Il faut savoir ne pas prendre des risques inutiles. Nous nous servons de cette pause réflexion pour grignoter un bout de pain et du saucisson. Il est bientôt midi et il se fait faim. Mais il ne serait pas judicieux de manger un vrai repas avant un telle montée. Nous quittons notre abris de pierre qui nous cachait du vent pour faire ce que nous espérons notre plus dure montée de la journée. C’est tellement dur ! Je tremble musculairement à chaque pas, je fais plusieurs pauses. J’ai aussi quelques fois glissé et manqué de me blesser. Du coup, je ralenti encore plus et m’applique sur ma respiration pour vraiment éviter toutes blessures fâcheuses.

On y est ! Ou pas..

Si vous voulez connaitre la suite, je vous invite à lire la suite de mon article ici :).

Spread the love

14 réponses

  1. Nico dit :

    Ho la semaine prochaine je voulais savoir la suite moi!! 😉

  2. Christophe dit :

    Hello Nicolas,
    J’adore ton article. Le storytelling est super, je me suis complètement immergé dans ton réçit c’est comme si j’étais avec vous. Merci pour ce moment intense. Je ne manquerais pas de lire la suite. BRAVO. Bonne Journée. Christophe

    • Rozal dit :

      Wouaaa merci beaucoup de ton retour 🙂 ! Ca me touche vraiment beaucoup, j’espère que la suite te plairas tout autant ! 🙂

  3. Excellent cet article ! Trop envie de connaître la suite 😎 ! J’aime beaucoup la randonnée ! Merci pour tous les bons conseils pour les préparatifs 👌!

    • Rozal dit :

      Merci de ton retour ! 🙂 j’espère vraiment que la suite sera tout aussi bien ^^

  4. Sophie dit :

    Ohlala super périple bravo :). Elles sont magnifiques les photos que tu as ajouté!

    • Rozal dit :

      Merci beaucoup:) Je suis content que ça t’ait plu 🙂

  5. Vesco dit :

    Moi qui vient de terminer le tour du Mont Blanc, que de bons souvenirs en te lisant. La prochaine fois, fais le tour où pourquoi pas l’ascension du Mont ! 2 petites remarques: j’ai testé l’accueil des refuges français, pas toujours tops comparé aux Suisse et Italen. Ensuite, pourquoi amener une pelle à « commission » ? Ça prend du poids et de la place, et son utilité me semble limité, la commission faite à l’écart des sentiers étant tout ce qui a de plus écologique 🤣
    En tout cas merci pour tout ce récit

    • Rozal dit :

      haha c’était pour enterrer le tout que ça ne soit pas désagréable pour de potentiel gens qui passerai par là ^^ Mais elle faisait 600g j’ai lâché ^^
      En général les français c’est souvent moins top hélas..

  6. Coucou Nicolas !

    On adore ton récit, on s’y croirait !
    Team claquettes chaussettes à fond pour reposer les pieds après la rando ahaha !
    On a hâte de lire la suite de cette épopée !

    • Rozal dit :

      Haha big up notre team ! ^^
      Bientôt ! ce sera lundi ! 🙂

  7. Super périple, merci de le partager avec nous, on a vraiment l’impression d’être dans ton sac à dos !!! Hâte de découvrir la suite ! Et j’ai adoré l’astuce du réchaud !!!

    • Rozal dit :

      Haha merci ! xD
      Il devrait y avoir une vidéo qui arrive dans les prochains jours à ce sujet 😉

Laissez un commentaire