Mon premier bivouac ! Le Mont Buet : réussite ou échec ? Partie2

Mon premier bivouac ! Le Mont Buet : réussite ou échec ? Partie2

Ray Kroc – Mc Donald

Vous en apprendrez plus sur une route en la parcourant qu’en consultant toutes les cartes du monde.

Si vous avez loupé la première partie, c’est par ici 😉

Jour 2, de mon premier bivouac au Mont Buet (suite)

On y est ! Ou pas..

On arrive enfin en haut ! Je pense que le calvaire est enfin fini, on peut juste kiffer.. En fait, nan, il faut encore longer la crête et elle continue de monter. Nous avons toujours la pression du temps et ça rajoute beaucoup de pression psychologique. On a l’impression d’être entre deux mondes, comme si on hésitait à choisir son camp. On continue de marcher le long cette ligne. En avançant, on aperçoit que ça monte, mais sans trop avancer.. Il y a aussi un câble et là, on comprend que ça va ressembler un peu plus à de l’escalade qu’à de la marche.

Toujours plus haut

Je crois que c’est la partie la plus dangereuse de cette rando’. On grimpe littéralement la falaise à la verticale, par les câbles froids, avec notre gros sac sur le dos qui nous déséquilibre et le vide en dessous de nous. Clairement, si vous avez un doute à ce niveau, faites demi-tour. Dans ce genre de situation, vous n’avez pas le droit à l’erreur. Si vous glissez, vous tombez et je n’exagère pas donc vraiment n’insistez pas.
Une fois cette épreuve passée, on marche dans la neige des sommets. Je commence à me demander si je ne vais pas faire fondre de la neige pour avoir de l’eau parce que je ne vais pas tarder à manquer. Je checke ce qu’il me reste et ça devrait aller si je fais attention donc on ne perd pas de temps. 

Astuce grimpette

Je pense que pour des circonstances comme celles-là, où en tant que débutant, on peut bloquer (même d’ailleurs pour les confirmés) ce serait pas mal de le prendre. Prenez simplement un bout de corde (il n’a pas besoin d’être très long.) et un mousqueton (ils en font en plastique qui sont très légers et portent largement un homme). Si votre ceinture est assez résistante, vous l’accrocherez à elle. Sinon, vous faites le tour de votre taille. Le tout tenu au mousqueton par un nœud « en huit » (Nœud d’escalade, vous trouverez facilement un tuto sur YouTube 😉 ). Ce n’est ni très lourd ni très encombrant et ça peut vous rassurer et au mieux vous sauver.

Enfin le somment du Mont Buet !

On y est enfin ! On a réussi, c’est fou ! Je suis content malgré la fatigue et le froid (qui est important à cette altitude). Je me couvre le plus possible pour supporter le vent. On retrouve de la force parce qu’on sait que l’on est au plus haut et qu’à partir de maintenant nous allons redescendre et donc avoir moins de vent et de froid ^^. On descend de quelques mètres et trouvons un coin à l’abri du vent et décidons de faire une pause parce qu’il commence à être tard (proche de 14h00). Je teste les barres alimentaires FEED, je vous dirais prochainement ce que j’en ai pensé ;). Enfin, nous reprenons notre descente après un bon café chaud ^^. 

Le retour de la verdure

Nous suivons le chemin tracé sans trop réfléchir. La pluie commence à apparaître en même temps que la verdure. C’est le moment de tester mon nouveau poncho (Je vous ferai également un article à son sujet prochainement 😉 ). On continue d’avancer sous la pluie. C’est assez fatiguant de faire attention à la descente à cause des cailloux glissants et aussi au fait qu’on commence à en avoir marre, surtout moi, je dois dire ^^.
Mais après coup on checke la carte parce que quelque chose nous chiffonne. En effet, nous sommes descendus trop tôt, mais n’avons pas vu d’autre chemin. Et là, c’est trop tard pour remonter, psychologiquement, c’est impossible. On décide de s’adapter et de rattraper la route un peu plus loin.

La fin de la journée

Enfin, nous croisons un cours d’eau ! Je commençais à croire que j’allais devoir faire une grève de l’eau pour pouvoir manger. Mais alléluia ! Je sors ma gourde filtrante et je remplis tout ce que je peux. Ensuite peu de temps après, toujours sous la pluie et après plus de 8 heures de marche (donc vraiment ras le bol ^^). On trouve un endroit à peu près plat, Nico n’est pas chaud et préférerait continuer mais pour ma part je suis au bout de ma vie et s’il faut marcher 3h comme le premier jour avant de trouver un endroit plat, je crois que mentalement je vais craquer lol.
Du coup, c’est montage de tente sous la pluie et c’est une autre histoire, mais c’est tellement bon de s’arrêter. On mange en vitesse et on se couche même si on ne dort pas de suite, on a besoin de se poser.

Pour ce deuxième jours on aura marché 8h35, 14,5km un dénivelé positif de 1240m et négatif de 1135m

Mes photos, jour 2

  • Premier bivouac Mont Buet
  • Premier bivouac Mont Buet
  • Premier bivouac Mont Buet
  • Premier bivouac Mont Buet
  • Premier bivouac Mont Buet
  • Premier bivouac Mont Buet
  • Premier bivouac Mont Buet
  • Premier bivouac Mont Buet
  • Premier bivouac Mont Buet

Jour 3, mon premier bivouac au Mont Buet

Premier bivouac Mont Buet

La pire matinée

Premier bivouac Mont Buet

Cette nuit fut très compliquée. D’une part, il y avait la pluie qui n’a quasiment pas cessé. Je me demandais si ma tente à 80 balles de chez décath’ n’allait pas laisser passer l’eau au bout d’un moment.. D’autre part, il y avait les orages, qui éclairaient l’intérieur de ma tente comme en plein jour. J’étais content d’avoir mon cache yeux ^^. J’avais assez peur que la foudre me tombe dessus ou même sur le sol, mais bon, j’ai pris sur moi de toute façon il n’y a pas trop de choix. Le fait que la tente penche n’a pas était un problème pour moi (par contre, je pouvais entendre Nico grogner, c’était dur de ne pas rire ^^). J’avais trouvé la technique, en fait, j’ai juste mis un quart de mon corps hors du matelas et ça m’empêchait de glisser ^^.  

Quand faut y aller..

Bon, là, commencent les choses sérieuses. Parce qu’il pleut encore énormément de bon matin et dans un monde idéal, pour ranger mon sac, je devrais mettre au fond de celui-ci du léger tel que les vêtements, ensuite seulement le plus lourd collait à mon dos. Sauf que la première nuit pas de souci, j’ai posé mes affaires au sol, plié ma tente et rangé dans mon sac ensuite remis le reste de mes affaires que j’avais posé par terre. Mais là, il pleut tellement fort que ça va être impossible. Je trouve la solution grâce à mon poncho. J’ai d’abord mis la capote de mon sac, replié la tente qui était remplie d’eau. Parce qu’il pleuvait tellement que je n’avais pas le temps de l’évacuer et de la plier sans qu’elle ne se remplisse de nouveau (tragédie..). Par la suite, j’ai mis mon sac entre les jambes et me suis baissé un peu tel un entonnoir à l’envers. J’ai rentré mes bras et ma tête à l’intérieur du poncho et j’ai pu rentrer toutes mes affaires. 

Paré au départ

Normalement, je mets mon sac sous le poncho, mais là, hors de question que je le retire pour enfiler mon sac. Du coup, je teste le poncho sous le sac ^^. 
Je me rends compte qu’il me manque une claquette, le vent l’ayant emporté donc bon, c’est pas grave. Je vais pas remuer ciel et terre pour ça. Finalement, je la retrouve en reprenant le chemin. Ce qui explique pourquoi je l’ai sur le torse ^^ et oui je n’allais pas tout retirer pour la ranger.
Je suis plutôt bien équipé entre mon pantalon de pluie mes supers chaussures et mon poncho. Sauf mes bras qui prennent la flotte, mais bon, on verra comment je pourrais solutionner ça ^^. 

On approche de la fin

La descente est longue et glissante. Ça demande énormément de concentration et c’est très usant. De plus musculairement je commence à être à bout. Vivement que ça se termine.. On peut quand même admirer tous les petits cours d’eau que l’on voyait sur la carte, mais jamais en vrai (comme ils étaient asséchés). C’est magnifique toute cette eau qui coule un peu comme une toile.
Par contre, je comprends que d’après mes calculs, à un moment, on va devoir traverser un des gros cours d’eau pour rejoindre le parking ! Et ce moment arriva, il faut sauter au-dessus mais c’est trop loin pour arriver au bout. Il faut faire un pas dans l’eau. 
Les chaussures du poto prennent l’eau, le pauvre depuis le début il en ch** à cause de ça. 
Après avoir bien planté les bâtons pour l’équilibre et repéré un caillou au fond de l’eau pour m’appuyer, je me lance et je réussis sans encombre ^^. C’était assez risqué pour que l’on décide de se filmer pendants nos sauts ^^.

On a jamais était aussi proche de la fin ^^

On voit les panneaux on est plus qu’à quelques heures, mais c’est interminable. Plus on approche et plus c’est long. Je sens mon corps fragile, je tremble à chaque pas. Au moindre caillou, mes chevilles vacillent, je sens que je dois rester très concentré et ne pas me précipiter. C’est interdit de se blesser à quelques mètres de la fin. J’avance au mentale sans réfléchir sans regarder juste j’avance tel un zombie jusqu’à ce qu’on rejoigne la route puis que l’on aperçoive le pont et enfin la voiture..
Ayé, on l’a fait !!!!! On a fait le Mont Buet !!!! xD

Pour ce troisième jours on aura marché 3h40, 11,85km un dénivelé positif de 60m et négatif de 1251m

Mes photos, jour 3

Mes erreurs et solutions

Erreurs

Grace à tous vos conseils et toutes les info’ que j’ai pu récupérer. Je n’ai pas fait tant de fautes que ça. Bon si vous faite parti des 10 % qui ont eu la force de tout lire vous avez pu voir qu’il y a deux trois choses qui n’auraient pas dû être faites. Je vais les décrire ici et essayer d’y trouver une solution.

  1. Le poids du sac.
    16kg, c’est beaucoup trop vraiment. Peut importe comment, il faut que j’arrive à baisser le poids.
  2. L’estimation en temps/distance.
    Nous étions toujours dans le speed.
  3. L’estimation de la difficulté.
    C’était, trop dur pour un débutant.
  4. L’estimation de la dangerosité.
    Beaucoup auraient dû faire demi-tour au niveau de l’escalade.
  5. La répartition du temps.
    Le partage du temps de marche aurait pu être optimisé.
  6. Savoir où poser le bivouac.
    Plusieurs fois, nous avons dû chercher pour notre bivouac sans savoir dans combien de temps nous allions en trouver un.
  7. Vêtement étanche.
    Croyez moi, Nico a vraiment regretté le trou dans sa chaussure ^^
  8. Mon poncho n’avait pas de bras.
    Oui, apparemment tout le monde le sait sauf moi ! Mais les ponchos n’ont en général pas de bras !

Voir comment choisir ses chaussures de randonnée
Voir comment éviter les ampoules

Solutions

  1. Pour réduire le poids, je pense déjà opter pour un sac plus petit donc plus léger et ce qui me forcera à prendre moins de chose. Ensuite, j’aurais pu réduire certaines choses comme ma batterie à énergie solaire. Elle pèse 560G pour 4 charges alors que la même sans le système solaire pèse 230g et une petite d’environ 1,5 charge pèse 65g. Pour deux jours, j’avais de meilleurs choix à faire.
  2. Je dois trouver un moyen pour calculer mon temps de marche selon le dénivelé. Je compte me faire un tableau ou je rentre mes moyennes de temps, kilomètre et altitude pour avoir une idée plus précise avec le temps de la difficulté. Cela me permettra d’apprécier plus sereinement les rando’
  3. Ça rejoint un peu la solution 2. Noter ces différents paramètres de rando’ pour mieux estimer la difficulté selon son niveau.
  4. J’aurais dû prendre plus de temps pour me renseigner de la dangerosité et des accidents qu’il y a pu avoir sur ce parcours.
  5. A mon goût, il aurait été préférable de ne pas dépasser les 6h de marche pour pouvoir avoir le temps de s’arrêter et d’apprécier un peu plus le décor sans compter que la difficulté aurait été répartie sur plusieurs jours.
  6. Alors là, je bogue un peu. Sois en regardant un peu les forums et autres blogs mais ce n’est rien d’officiel. Sinon, en regardant des carte 3D peut-être. Si vous avez une idée je prends ! :p
  7. Ne sous-estimez pas vos habits de pluie. Vérifiez-les et surtout si vous avez des chaussures en cuir sachez que ça doit s’entretenir si vous voulez garder l’étanchéité.
  8. Faites attention quand vous achetez votre poncho, ils ne se valent pas tous. Je pense m’en prendre un autre avec des manches ou alors une meilleure veste en dessous.

Ce que j’ai pensé de cette randonnée au Mont Buet

Descriptif

C’est vraiment un parcours très beau. À la fois technique de par les passages de câble et dur de par le froid le vent et la neige. Prenez bien en compte que ce parcours à très peu de plat à l’exception de la crête. Il y a peu d’endroits ou bivouaquer sauf si vous utilisez les hamacs.
On ne se lasse pas des paysages changeants. Passant de la forêt à la montagne ou encore à la lune ^^. Les animaux aussi, on a eu la chance de croiser des « étagnes » (la femelle du bouquetin) et des cabris (les petits). Il y avait aussi de grands oiseaux qui paraissaient être des aigles ou du moins de grands faucons.
Je pense que pour des personnes un peu plus confirmées, ce serait une superbe rando’. 

Ce que vous allez voir

Vous allez pouvoir croiser un tas de petits cours d’eau et autres cascades. Des forêts, des montagnes (dont le Mont Blanc), des paysages lunaire, des abris en pierres, une faune et flore incroyable, des lacs, et même de la neige en été ^^.  

Premier bivouac Mont Buet

Les différents points d’intérêt

Tout au long de ce parcours, vous aurez du mal à trouver des endroits pour planter votre tente. Vous n’aurez rien avant le premier refuge et quelques endroits par ci par là et pas très à niveau après le Buet.
Pour l’eau, si vous tombez pas loin de jours de pluie, ça ira, il y a vraiment des cours d’eau partout. Par contre s’il n’a pas plu depuis longtemps faites attention à économiser l’eau. Vous n’en trouverez qu’en vous éloignant du Mont ou alors en faisant fondre la neige.
Vous trouverez deux refuges sur ce parcours, au début celui du « Grenairon » et 1h30 avant la fin celui des « Fonts ».

Le matériel nécessaire

Tout ! C’est simple, vous pouvez tout avoir besoin. Il fera froid donc des habits chauds. Il peut pleuvoir donc idem pour les habits de pluie. Chaussures hautes et imperméable parce que vous passerez certainement par des cours d’eau. Les bâtons sont indispensables, je dirais même des 3 brins, car lors des passages de câble, il est agréable de les replier et de les ranger facilement. Des lunettes parce que la neige ça brille ;).  

Ma note de ma randonnée au Mont Buet

Difficulté

C’est extrêmement dur ! Surtout, avec de gros sacs, il y a des passages très serrés et on est à 3 000 mètres au plus haut donc on oublie le vertige sinon on ne passe pas. Le passage à la mode escalade et très compliqué aussi, car vous vous suspendez au-dessus du vide. Vous n’avez pas le droit à l’erreur, si vous n’avez pas confiance en votre condition physique, faite demi-tour, c’est préférable.
Sans compter que, avec tout ça, ça grimpe ou descend tout le temps ! Ne pensez pas avoir de pause avec un bout de plat. À tout ça, on rajoute le froid et le vent et parfois la pluie sur ces cailloux très glissants et c’est le combo gagnant !  

Note : 5 sur 5.

Dangerosité

Comme je l’ai dit au-dessus, entre les risques de chute dans le vide, de chute depuis les sentiers serrés, le risque de glisser et le froid qui attaque. J’ai vraiment trouvé ça dangereux et selon, avec qui j’aurais fait cette rando’, j’aurais pu faire demi-tour pour ne pas prendre des risques inutiles. 

Note : 5 sur 5.

Propreté

RAS, c’est juste nickel. Pas un papier, pas un bout de PQ, pas un mégot, rien ! C’est ultra clean !

Note : 5 sur 5.

Etat du sentier

Le sentier est super bien indiqué et les nombreux câbles sont tous solidement attachés. Un beau sentier.

Note : 5 sur 5.

Ma note

Malgré les difficultés et la dangerosité, je sais faire la part des choses. Je ne le conseillerai évidemment pas à un débutant. Mais on ne peut retirer à ce parcours qu’il est magnifique avec beaucoup de paysage. Que c’est un parcours qui se mérite de par son altitude et les besoins de grimper. Il n’est pas infaisable loin de là. Il faut juste comprendre que plus une personne est doué et plus pour qu’elle apprécie son activité, il faut de la difficulté. Pour ma part, c’était clairement trop dur à mon niveau, mais pour quelqu’un d’expérimenté, c’est top.  

Note : 5 sur 5.

Si vous voulez en savoir plus sur le Mont Buet c’est par ici 😉

Pour conclure

En conclusion de toute cette aventure, je dois admettre que c’était vraiment trop dur pour un débutant comme moi. J’étais mal organisé que ça soit dans mon « emploi du temps » ou plus personnellement avec mes affaires et mon sac trop lourd. Également dans la prépa’ du trajet ou nous avons sous-estimez les temps de trajet et la difficulté.
Par contre, dans tout ça, j’ai pu dépasser mes limites ! J’avançais au mental et j’ai pu apprendre également à me débrouiller seul. Sous la surveillance de mon pote (D’ailleurs si vous êtes débutant je ne vous le conseille pas pour faire votre première rando’ :p) qui m’aurait aidé en cas de gros pépin. J’ai pu admirer une faune et une flore incroyable que je ne voyais que sur Arte (oui je regarde Arte et je kiffe ! :p).
Même si c’est trop dur pour un débutant, je ne regrette rien parce que j’ai énormément appris.

J’espère que cet article vous a plu et qu’il vous servira. Je vous invite à me laisser un commentaire pour me dire où vous avez fait votre premier bivouac ou où vous comptez le faire :).

Spread the love

8 réponses

  1. Super récit, accompagné de plein d’astuces, bref j’adore te suivre dans tes aventures !!! C’est à la fois distrayant et enrichissant !

    • Rozal dit :

      Merci beaucoup de ton retour ! 🙂 ça fait trop plaisir !!! xD xD

  2. Sophie dit :

    Bravo Nicolas pour ce périple! D’un côté ça donne envie de s’y lancer par la beauté de la nature, d’un autre côte cela fait peur quand je vois que c’était déjà un parcours difficile pour toi, alors pour nous … XD. Et tkt tu n’es pas le seul à bien aimé Arté ahah 😉

    • Rozal dit :

      Haha arte c’est la vie ! :p
      Je tacherai d’en faire un moins dur que tout le monde pourra essayer 😉

  3. Mathieu dit :

    Encore un bel article qui donne envie !

    Lorsque je faisais mon road trip en Océanie, j’aurais adoré avoir accès à des articles aussi détaillé…

    Dis, ça ne te dirait pas d’y aller pour me préparer de bons itinéraires ?! 😀

    • Rozal dit :

      Haha j’adorerai y retourner ^^ Mais là c’est plus la même chose, faut faire attention aux bestioles lol

  4. mi86331ovh dit :

    Merci de nous faire voyager, c’est un super article avec des conseils au top. Merci

Laissez un commentaire