J’ai fais mon premier bivouac seul dans le Morvan

J’ai fais mon premier bivouac seul dans le Morvan

Premier bivouac seul

Gandhi

Si vous vivez un moment difficile, ne blâmez pas la vie. Vous êtes juste en train de devenir plus fort.

Aujourd’hui, je vais vous expliquer comment s’est passé mon premier bivouac seul dans le Morvan ! 🙂

Vous allez voir le résultat de tout ce temps passé à écrire des articles et à m’entraîner. Et surtout voir les erreurs et solutions que j’ai trouvées ! Vous serez surpris du résultat ! 😉 

À la fin de cet article, vous connaîtrez les solutions pour vous aussi partir faire votre premier bivouac seul ! 🙂

Si vous voulez en savoir plus et voir les photos, je vous invite à lire la suite 😉

Pourquoi le Morvan pour mon premier bivouac seul

Au départ, ce n’était pas du tout le Morvan que j’avais choisi pour mon premier bivouac seul. En effet, j’étais parti pour faire un super parcours dans l’Auvergne, au Puy de Sancy. Malheureusement, la météo en a décidé autrement. Lors de ma préparation, après avoir fait tout le tracer de mon parcours, les spots et le temps de marche. J’ai vu que la météo était orageuse. Donc, forcément, il me fallait un plan B.

Je terminais le travail vendredi à 12H00 et je le reprenais le lundi soir. Il me fallait donc être prêt dès le jeudi soir. Comme ça, je rentrais du taf et partais directement. Lundi, j’ai donc cherché un autre itinéraire, commandé une carte et dès réception fait mon parcours. 

Jeudi soir, je regarde la météo et ils prévoyaient 3 jours sur 4 de pluie en Auvergne et 1/2 sur 4 dans le Morvan. Mon choix était fait.

Mon parcours

Premier bivouac seul

Voici ma super balade ! Enfin balade.. Vous verrez que ça ressemblait plus à un trail qu’autre chose ^^.
J’avais prévu de faire :

  1. Départ en début d’après-midi à Alligny-en-Morvan et arrivé avant la nuit au Lac des Settons ~13km
  2. Ensuite, le jour le plus dur. Arrivé avant le coucher du soleil au barrage de la Canche. ~32km
  3. Puis, la même pour le retour et si besoin je ferai une pause sinon je finirais d’un coup si je suis en forme. Mais admettons une pause à mi-chemin. ~25km
  4. Pour fini, le repos du guerrier. ~16km

Sois environ 86km en 4 jours.. Oui, moi aussi, ça me parait beaucoup, mais c’est pas de la montagne donc ça devrait aller.. Non ?

Si vous voulez télécharger ce parcours, vous pouvez aller sur le site Open runner et tapez le nom « randonnée 3nuits 4jours dans le Morvant » dans la barre de recherche de parcours 😉

Mon sac pour mon premier bivouac seul

Pour ne rien oublier lors de cette rando, j’ai utilisé un fichier Excel. Le même qui est téléchargeable gratuitement un peu partout sur ce blog ;).

4 Jours, c’est considéré comme un moyen bivouac. J’ai décidé d’avoir le moins d’affaire possible, car je garde de très mauvais souvenir de mon premier bivouac au mont Buet avec mon sac de 16 kg !!
Alors, ne soyez pas choqué par le « manque d’hygiène », ça fait partie du jeu. Je vais en décevoir certain, mais en randonné itinérante sans pause dans les différents gîtes et hôtels sur le chemin. Il vous sera très difficile de prendre une douche complète corps et cheveux et votre dos ne voudra certainement pas que vous preniez un change pour chaque jour.. Après c’est un choix ^^

J’ai donc emmené avec moi :

  • Sac de couchage
  • Poncho de pluie
  • Pantalon de pluie
  • 1/2 Matelas
  • Trousse de secours
  • Kit de réparation
  • Popotte
  • PQ
  • Carte et boussole
  • Sac
  • Claquette
  • Chaussette x2
  • Pantalon
  • Teeshirt x2
  • Boxer x2
  • Lingette toilette
  • Veste
  • Couteau de survit
  • Couteau
  • Tour de cou
  • Nourritures
  • Barres Energétique
  • Tente 1 personne
  • Gourde filtrante
  • Brosse à dents et dentifrice
  • Câbles
  • Lunette
  • Casquette/Bob
  • Batterie solaire
  • Cache yeux
  • 3 sachets vide type congélation pour la poubelle
  • Camel bag
  • Lens ball pour les photos 😉

Sois en tout 9 kg sans eau ! Rien qu’avec ça, c’est déjà une victoire ! Enfin, rendez vous compte ?? Par rapport à mon premier bivouac en groupe, j’ai retiré 6 kg, alors que j’ai un jour de plus ! 

1er jour, 1ere nuit de mon premier bivouac seul

Je suis tout excité. En effet, je pars enfin faire mon premier bivouac seul ! C’est le grand jour, il fait beau, je suis en pleine forme. Malgré la déception de ne pas faire le puy de Sancy, je positive, car j’ai 1h30 route en moins ^^.
J’arrive assez tôt, il est 16h00. Je gare ma voiture où elle ne gênera pas. Il y a une église, c’est parfait ! Il a un tout petit peu plus sur la route, mais ça, c’est presque arrêter à mon arrivé. D’après la météo, il ne devrait plus pleuvoir avant mon départ et ça, c’est cool ! ^^ Bon, assez parlé, il est déjà 16h15 si je veux arriver avant la nuit, il va falloir se bouger ! 

C’est parti !

Le terrain est encore humide, mais ça va dans l’ensemble. Je commence ma route, suie ma petite carte. Pour l’instant, je n’ai même pas besoin de boussole. Je m’arrange avec le balisage tout en gardant un œil sur la carte, car je sais que je ne vais pas le garder jusqu’au bout.
Je prends un chemin et là, je rencontre mon premier souci.. 

Le long d’un chemin qui touche une ferme, se dresse devant moi à un virage une énorme bête à quatre pattes. C’est un berger allemand, et il n’a pas l’air d’être là pour garder un quelconque troupeau, mais plutôt un chien de garde de maison. Je ne vous raconte pas la panique quand on voit un bestiau comme ça qui vous arrive à la hanche et qui se tiens droit devant vous immobile en vous regardant fixement.
Surtout que je ne m’y attendais pas du tout, je suis un peu déboussolé, mais j’essaie de réagir vite. Je pars du principe que c’est proche des patous qui protège les animaux d’élevage. J’ai essayé au mieux d’appliquer les bon réflexes. Mais c’est très difficile de se souvenir de tout à ce moment-là.

Ce qui c’est passé lors de mon premier problème

J’ai essayé de parler doucement et calmement au chien. Sans avancer et en essayant d’attraper un vêtement pour le lui présenter. Mais dès que j’ai posé mon sac, il s’est mis à courir vers moi. La pression était folle, mais comme lors d’un combat de sambo, il ne faut pas montrer qu’on a peur alors je continue à lui parler et attrape mon tour de cou pour qu’il le sente et là.. Il est passé à côté de moi sans s’arrêter.. Un homme le succède quelques secondes après en courant et en me criant « NE VOUS EN FAITES PAS, ELLE EST GENTILLE !! »…
Su-Per, j’ai rarement eu aussi peur, j’ai cru un instant mettre trompé et avoir pénétré dans un domaine privé. Enfin bref, faites gaffe à vos animaux s’il vous plaît ^^

Premier bivouac seul

Après quelques caresses, je reprends ma respiration et ma route par la même occasion. Je passe près de petits lacs et me fait de nouvelle copine. Moins effrayante que la dernière ^^ .

Je passe par de petits villages qui sont très jolies et à chaque fois avec une épicerie. Intéressant pour gagner un peu de poids dans le sac ;).

Les champs hors du communs

Nous n’avons pour la plupart, pas jamais vu de tels champs. Je parle ici des champs de sapins de Noël ^^. C’est à la fois magnifique et triste quand on pense que le tout se fera prochainement raser.. Mais, restons dans le domaine de la randonnée ^^.
J’adore mon premier jour ! Malgré le temps nuageux, il est très varié et surtout très beau ! Les fleurs les collines, lacs et les animaux, j’adore ! 

J’arrive enfin au lac des Settons ! C’était assez rapide, j’aurais du temps pour trouver un spot et m’instaler. Surtout que ce sera la première fois que j’utilise cette tente. Je cherche un coin un peu éloigné de l’eau et le plus proche de mon point de départ de demain. Eh bien, ce point n’existe pas. Voilà, du coup, j’ai trouvé un espace assez dégagé, mais proche de l’eau. Ce qui n’est pas conseillé en cas de forte pluie, vous pouvez vous faire réveillé les pieds dans l’eau.

Je checke donc le ciel, pas de nuage à l’horizon. Mes deux applications météo, pas une goutte de pluie. Les arbres au-dessus de ma tête, les branches ont l’air saines. Le sol, je gratte les feuilles pour voir ce qu’il y a en dessous pour éviter les nids de fourmis, c’est vide. Eh bien, il est temps de planter la tente ! :p

Tout le montage se passe très bien. Il n’y a pas d’armature, donc c’est un coup de main à prendre. Mon bâton de randonnée me sert de poutre centrale. Il me manque juste deux piquets du coup, je me les fabrique avec mon super couteau et une branche et ça fera très bien l’affaire.

Fin du premier jour

Premier bivouac seul

Pour finir, je me prépare ma bouffe que j’ai fait moi-même avec ce que l’on peut trouver dans n’importe quel commerce. C’était super ! Franchement faite le vous-même, c’est bien mieux ^^ une toilette de chat et lavage de dent et au lit ! 🙂

En conclusion de ce premier jour, je kiffe ma vie ! J’ai réussi à arriver à bon port juste avec en lisant la carte. Montage de la tente au top, mon spot est ouf et j’ai bien mangé ! Je vais essayer de me lever tôt, demain pour pouvoir arriver pas trop tard à mon prochain bivouac ! 🙂 

  • Premier bivouac seul
  • Premier bivouac seul
  • Premier bivouac seul
  • Premier bivouac seul
  • Premier bivouac seul
  • Premier bivouac seul
  • Premier bivouac seul
  • Premier bivouac seul
  • Premier bivouac seul

2ème jours, 2ème nuits

Lorsque je me réveille, mon premier réflexe est de regarder autour de moi si tout, c’est bien passé. Donc je commence par regarder si mes affaires sont toujours là, si l’eau est montée jusqu’à la tente et bien, rien de tout ça !
Tout, c’est super bien passé ! La nuit n’était pas folle non plus, car dormir dans un sac de couchage est assez atypique lorsque l’on a l’habitude de s’étaler dans un grand lit ^^. D’ailleurs, je suis également bien content d’avoir pris mon sac à 0 degré parce qu’à vu de nez, on ne doit pas en être bien loin ^^

On range tout et c’est parti

Premier bivouac seul

Le réveil est magnifique ! Un beau soleil, une légère brume à la surface du lac, j’ai pas envie de partir ^^. Mais bon, assez traîné ! Si, je me suis levé tôt, c’est pour partir plus tôt ^^ Alors, je chauffe mon eau sur mon réchaud fabriqué par mes soins pour moins d’un euro ! 😉 Cliquez ici pour voir comment j’ai fabriqué mon réchaud P3RS.

Je remballe la tente encore humide de la rosée du matin, c’est pas ce que je préfère, mais bon.. Le seul problème qui n’en est pas forcément un d’ailleurs, c’est que j’ai fini presque toute mon eau. Il ne me reste qu’environ 50 cl. Étant un grand buveur, c’est relou, je n’aime pas avoir à l’économiser ^^.
Bon, c’est le moment tout est remballé. J’avais gardé une petite bouteille d’eau vide en sécurité, je crois que prochainement, je la remplirai. 

Waffapp pour faire le plein d’eau et se sécuriser

Je croise rapidement un passage d’eau, ce qui n’est pas pour me déplaire. L’eau est claire et courante, donc, je fais le plein avec ma gourde filtrante et surtout, le plus important, je signale ce point d’eau sur l’application Waffapp. Ce qui permet au prochain pratiquant de sport outdoor qu’ils soient marcheurs, cyclistes ou autre de savoir qu’il y a un point d’eau ruisselant à ce niveau-là. Et je rappelle que l’application est en train de mettre en œuvre un système de sécurité de suivi et de partage de point GPS que peuvent suivre vos liens de confiance. Et ce n’est pas tout, elle vous propose encore plein d’avantages. Le tester, c’est l’adopter ! 🙂

Premier bivouac seul

Je passe vraiment par des coins magnifiques, plein de verdures et calme !
Je commence à comprendre que je risque d’être en retard à mon point d’arriver de ce soir. Surtout que le lendemain, j’ai encore la même distance à refaire, je commence à me poser des questions sur cet itinéraire enfin plutôt sur sa distance. Je décide donc de faire une pause pour recharger mes batteries et pouvoir accélérer un peu. Je trouve un petit village avec une table et pas un chat. Ce sera parfait pour ma pause.  

Bon, c’est le moment de mettre un bon coup de collier ! Il faut que j’arrive au barrage pour la nuit !

Serait-ce plus dur que prévu ??

Je pensais vraiment que ça serait facile.. Je ne croyais que je pourrais être autant H.S avec si peu de dénivelé. Mais en fin de compte, même s’il n’y a pas une haute altitude, si on répète plusieurs fois les montées et descente et bien ça devient très compliqué.
Là, vraiment, j’en chie.. Y a pas d’autres mots. Je suis au bout de ma vie, partager entre la fatigue qui voudrait que je ralentisse et la volonté de ne pas être en retard au travail le lundi. Parce que forcément, si je double mon temps aujourd’hui, je le doublerai également les deux jours qui suivent. 

La journée se termine. Je ne suis pas encore arrivé au point prévu. Mais là, je n’en peux plus dès que je trouve un spot, je me pose. He bien une vingtaine de minutes après toujours rien.. Je passe par un petit village et croise un cultivateur qui me salut. Après avoir échangé quelques mots avec il me propose d’aller sur son terrain en contre bas ou il stocke son bois. Il ne fallait pas me le dire deux fois, dans mon état, je prendrais n’importe quoi. 

Premier bivouac seul

Je trouve un endroit plat sur son terrain et installe ma tente. Je voulais m’installer au moins une heure plus tôt pour pouvoir la faire sécher un peu. Tant pis, je me sers de mon tour de cou pour essuyer l’humidité. Bref, je mange, fait ma toilette et je pars me coucher. Je suis au bout de ma vie, j’ai marché près de 10h00 et franchement de savoir que je vais vivre la même journée demain ça ne m’enchante pas.

  • Premier bivouac seul
  • Premier bivouac seul
  • Premier bivouac seul
  • Premier bivouac seul
  • Premier bivouac seul
  • Premier bivouac seul
  • Premier bivouac seul
  • Premier bivouac seul
  • Premier bivouac seul

3ème jours, 3ème nuits

Cette nuit fut bien meilleure. Surement, parce que j’étais vraiment très fatigué. Malgré mes étirements de la veille, avant de me coucher, j’ai quand même bien mal aux jambes. Quand je pense à tout ce qu’il me reste à parcourir, je sens que ça ne va pas être une mince affaire. Je petit déjeune et encore une fois remballe ma tente humide, passe faire un tour aux toilettes en suivant les conseils que j’ai lu dans le livre et que j’ai résumé dans cet article « Comment chier dans les bois » ^^.

En route vers le barrage

J’écris sur le sol à l’entré « Merci » et je pars ! 🙂
Bon ça m’a requinquer ce repos, j’espère que je tiendrais le coup. Le but du jeu est de fournir le même effort que la veille. Ce qui me ferait finir un peu avant la fin de ma randonnée.
Je suis tout courbaturé, mais j’avance. J’arrive jusqu’au barrage et c’est vraiment un bel endroit. Par contre, ça monte beaucoup. Moi, qui avais prévu de dormir au sommet.. Heureusement que j’étais tellement fatigué que je me sois arrêté avant. 

Les traces de pattes

En effet, tout au long de cette journée, j’ai pu croiser quelques traces de pas. Je ne suis pas un expert mais un d’entre eux est quand même vachement similaire à celui du loup et comme je disais dans l’article à ce sujet, on a peu de chances d’en voir en vrai. Donc vraiment, aucune chance d’avoir peur.

Par la suite, ma rando est assez ressemblant au reste. C’est toujours aussi magnifique, avec des fleurs dans tous les sens. Quant au cimetière d’arbre que l’on peut voir assez régulièrement, ça fait mal au cœur.

Une autre boulette

Jusque là, je n’ai suivi que la carte et le balisage. Tout en sachant, que le balisage évoluait. C’est-à-dire, qu’il ne faut pas suivre que le balisage du PR ou du GR mais bien changer selon la destination donc, il faut rester attentif.


Enfin, il fallait bien que ça arrive à un moment, à force de me surestimer.. J’arrive après une forte cote à un croisement en étoile. Et là, par rapport à la carte, il y avait un chemin en plus. Je me suis donc fié à la direction. Je n’ai même pas pensé à sortir la boussole.. J’ai enfilé le chemin et sans compter le dénivelé que je n’avais pas lu, mais ça ne serait pas la première fois. J’avais également un virage sur la droite alors que je devais aller sur la gauche. Ce coup-ci, c’était sûr je me perdais. J’ai donc regardé ma boussole et je n’étais pas du tout sur le bon chemin.

Premier bivouac seul

Bien sûr, ce n’était pas dur de rattraper cette erreur, mais bon, j’avais perdu 15mn et j’ai eu une montée pour rien. Pour le mental ce n’est vraiment pas ce que j’avais besoin. De nouveau de retour au virage en étoile, j’ai pris ma boussole et suivi le bon chemin, c’est-à-dire, celui juste à côté -_-‘ .  

Mes nombreuses pauses

Alors, oui, ce jour-là, j’ai vraiment pris beaucoup de pauses par rapport à mon habitude. Et je ne parle pas seulement des pauses énergétiques ou de mes repas Feed. J’ai dû m’arrêter au moins 5-6 fois et je n’étais même pas encore à mi-chemin. Je ne vous raconte pas la pression. Comment être à l’heure lundi au travail si je ne suis vraiment pas en forme à même pas mi-chemin.
Je commence à me poser de sérieuses questions. Je n’ai pas mangé mes repas en entier, ce qui est assez bizarre de ma part. Bref, j’arrive tant bien que mal à passer la moitié. Mais là, je suis vraiment au bout de ma vie. Ça faisait longtemps que je n’avais pas autant dépasser mes limites.

Dernière pose de tente

Je me suis fixé un point sur la carte. Ma dernière grosse montée, suivie d’un joli plat. Et là, je suis entièrement naze. Je compte me mettre n’importe où tant que c’est plat. 

Une journée de travail de marche, ce sera suffisant pour aujourd’hui à mon avis.

Premier bivouac seul

Même si, c’est au bord du chemin sur un tas de feuilles. Ce sera là, je n’en peux vraiment plus. Je commence par m’allonger, puis je détache mon sac et je regarde l’endroit le plus adapté à y poser ma tente. Après 10mn je me lève parce que j’ai encore du taf. Je trouve l’endroit adapté puis, je suis pris de nausée. La preuve que j’ai vraiment dépassée mes limites. Je fais en sorte de finir le montage de mon abri qui ressemble plus à un tarp d’ailleurs. 

Je fais ensuite bouillir mon eau et me prépare ma semoule. Mais en fait, une fois prêt. Je mange une cuillère et en fait, je n’ai vraiment pas faim je suis juste exténué. Du coup, je ferme ma bouffe et je me couche. Il est 20 h 00, mais quand c’est la fin, ça ne sert à rien de lutter. 

  • Premier bivouac seul
  • Premier bivouac seul
  • Premier bivouac seul
  • Premier bivouac seul
  • Premier bivouac seul
  • Premier bivouac seul
  • Premier bivouac seul
  • Premier bivouac seul
  • Premier bivouac seul

4ème et dernier jour de mon premier bivouac seul

Quel bien fou cette grosse nuit de sommeil ! Mise, à part que je me suis réveillé dans la nuit par des bruits de pas et de grosse respiration, qui m’ont fait percuter que j’ai posé ma tente en pleine forêt et que par conséquent, il doit y avoir un paquet d’animaux. Avec ce petit coup de pression, j’ai fini ma nuit en gardant mon sac de couchage ouvert et mon sachet ZIP de semoule bien fermé.
Je me lève assez tôt, vers 06h00. C’est une bonne chose, je suis parfaitement reposé, je pourrais partir plus tôt et mon petit déj est déjà prêt ^^. Une fois la tente remballée, le super petit déjeuner pris, je démarre la fin de cette randonnée. Mon pronostique, c’est d’être à l’heure pour manger au restaurant à côté de ma voiture pour le déjeuner. 

Dernier départ

Bien sûr, comme tout départ de rando, je ne vais pas tarder à manquer d’eau ^^. J’espère en trouver rapidement. Je suis assez content de mes prévisions, ça monte que très légèrement et je suis assez en forme. Je n’avais vraiment pas besoin d’en chier encore une fois ^^. Alléluia ! je croise un petit cour d’eau qui ma fois est très satisfaisant ^^ Je vais pouvoir faire un dernier plein, je ne regrette vraiment pas cet achat.
=>Pour en savoir plus sur mes méthodes d’hydratation, c’est par ici<=

Premier bivouac seul

Enfin, la fin de mon premier bivouac seul !

Après avoir croisé quelques urbex, c’est-à-dire, au moins 8 maisons d’affilés ce qui est pas mal pour un seul chemin de champs. J’arrive enfin à la croisée du chemin de départ ! Et ça, c’est bon pour le moral ! ^^ j’avance d’un pas beaucoup plus dynamique. Malgré la fatigue qui est toujours là. Je continue, je ne veux pas perdre de temps, je commence à avoir faim et je décide que ma pause se fera à la voiture. Après voir un objectif précis, c’est plus simple d’avancer.
J’arrive par surprise au point où j’ai croisé le chien au début de cette marche. Mais donc.. ça veut dire que.. Mais oui ! Je vois le village de fin ! C’est avec le sourire aux lèvres et en omettant mes douleurs que je franchis la ligne d’arrivée. Je vois ma voiture au loin, je suis tellement content ! 

J’ai enfin réussi à faire une randonnée en bivouac seul ! xD

  • Premier bivouac seul
  • Premier bivouac seul
  • Premier bivouac seul
  • Premier bivouac seul

Problème et solution

Je suis assez content de moi, je n’ai pas rencontré des masses de problèmes

Mes problèmes

  1. Il m’a manqué deux piquets.
  2. Je me suis trompé de chemin une fois
  3. C’était beaucoup trop dur

Mes solutions

  1. Sur le terrain, je me suis rendu compte qu’il me manquait deux piquets. Je me suis donc arrangé avec mon couteau et deux morceaux de bois que j’ai taillé en « pieux ».
    Vérifier le nombre de piquet avant de partir.
  2. Sur une intersection avec, plus de chemin en vrai, que sur la carte, je me suis trompé.
    Avec la fatigue, j’aurais dû être plus attentif et arrêter de vouloir faire le malin à avancer sans utiliser ma boussole.
    S’il y a un doute, on avance pas. On vérifie et après on avance.
  3. J’aurais dû faire plus court en distance ou plus long en temps et ne pas sous-estimer les petites montées.

Ce que j’ai pensé de mon premier bivouac seul dans le Morvan

Descriptif

C’était magnifique ! Je ne regrette absolument pas cette météo défavorable qui m’a fait changer de parcours.
J’ai traversé la forêt, les plaines et champs de sapin. Sans compter les lacs et cours d’eau. Le tout dans un calme absolue.
Ce n’est pas un parcours compliqué à suivre si l’on reste attentif. Il faut suivre un bout du GR et du GRP et d’une randonnée locale pour revenir. Il y a quasiment du balisage partout.
Pensez à faire le plein d’eau à chaque fois que c’est possible, car on peut vite être à cours.
A savoir, toute la première moitié, vous croiserez des épiceries et autre café. Avec cela, vous pouvez économiser des poids de repas dans votre sac.

Le matériels nécessaires

Outre votre matériel spécifique pour le bivouac, dont vous pouvez retrouver un listing complet à télécharger gratuitement avec mon e-book un peu partout sur ce blog.

  • Vous aurez absolument besoin de chaussures waterproof parce que l’on croise pas mal de gros cours d’eau.
  • Les bâtons de marche, je le dis à chaque fois mais les bâtons c’est la vie !
  • Gourde Filtrante, les points d’eau ont souvent des particule de terre. J’en profite pour rappeler que Waffapp est très pratique pour trouver des sources d’eau 😉
  • La carte et la boussole sont aussi un indispensable à mon avis.

Ma note

Difficulté

Note : 4 sur 5.

Faire cet itinéraire comme je l’ai fait est vraiment dur. Je conseille de le faire en 1 jour de plus pour être pénards.

Dangerosité

Note : 0 sur 5.

Il n’y avait aucun passage dangereux.

Propreté

Note : 4.5 sur 5.

Mise à part, un petit bout de chemin sur le bord de route qui avait quelques plastique, il n’y avait rien.

Etat du sentier

Note : 4 sur 5.

Dans l’ensemble, c’est assez praticable à l’exception de certains passages qui étaient certainement en cours de traitement. 

Ma note

Note : 3.5 sur 5.

C’est une super rando qui mérite qu’on y passe. Elle est difficile et jolie, avec ces vues à couper le souffle. Du coup, on se sent fier en arrivant à la fin. C’était parfait pour un premier bivouac seul ! 🙂

Pour conclure, mon premier bivouac seul dans le Morvan

Alors, que dire de mon premier bivouac seul..
J’ai encore une fois sur-estimé mes capacités ou alors sous-estimé le parcours. Par conséquent, c’était trop dur pour être apprécié à sa juste valeur. Il existe plusieurs façons de randonner. Pour ma part, je préfère la sensation de liberté. C’est-à-dire que lorsque je croise un café ou un restaurant qui a l’air sympa et bien, je veux pouvoir m’arrêter. En effet, certains préfère se dire qu’on est autonome et donc on ne doit pas utiliser ce que nous n’avons pas porté. Mais, pour moi, c’est important de pouvoir faire des détours et des pauses comme je l’entends. Et arrêter de me dire qu’il faut que je reparte sinon, je vais être en retard.

Retour sur l’application Waffapp

Pour rappel, cette application pour les sports en extérieur. Elle est très pratique et donne beaucoup d’information comme par exemple : les points d’eau, les zones de tiques et j’en passe..
Dorénavant, l’app se penche sur votre sécurité. Votre parcours sera partagé à une personne de confiance qui peut suivre votre avancée et en cas de problème vous donne votre position GPS que vous pouvez envoyer à qui de droit. Je vous conseille d’y jeter un œil 😉

Et toi ? Quelles sont tes méthodes pour dépasser tes limites ?? Raconte-moi ton histoire ;). Où, quelle méthode voudrais-tu mettre en place ?

Par ailleurs, n’hésitez pas à me laisser un commentaire, je prends le temps de lire et de répondre à chacun d’eux. 🙂

Pensez à télécharger votre check-list de randonnée pour ne plus rien oublier lors de vos sorties. Elle est modifiable, imprimable et vous pouvez même la cocher informatiquement. 😉

Et n’oubliez pas, celui qui croit tout savoir n’apprend plus, alors restez curieux ! ✌️

Spread the love

Une réponse

  1. Anne Prudent dit :

    Super aventure ! Le Morvan, ce n’est pas de la haute montagne mais il peut y avoir de beaux dénivelés.
    Bravo pour ce super bivouac !

Laissez un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :